]Squall[ no sekai

Final Fantasy, Japon, jeux video, mangas, animes et... moi ! ^^

04 octobre 2005

Final Fantasy VII : Advent Children

Après l'énorme échec de The Spirits Within, Square revient dans le milieu du cinéma en images de synthèse.
Après le flop de Final Fantasy X-2, Square nous propose à nouveau la suite d'un titre de sa série fétiche.

Défi plutôt difficile, non ? Essayer de contenter les millions de fans du jeu le plus vendu de la firme, il fallait oser. Et y mettre les moyens. Mais commençons plutôt par l'histoire.

Deux ans après la destruction du météore. Alors que la planète se remet lentement de ses blessures, les habitants de Midgar, ayant été plus ou moins en contact avec la Rivière de la Vie, contractent un à un une étrange maladie baptisée Géostigma. Cloud (nb : je n'arrive plus à l'appeler "Clad", désolé pour les puristes de la traduction française) mène une vie solitaire, remplissant tout de même la fonction de transporteur pour la "Strife Delivery Service", société créée par Tifa à la place du 7e Ciel. Mais une nouvelle menace commence à poindre, sous la forme de 3 hommes se prétendant "enfants de Jénova", et prêts à tout pour retrouver leur mère et accomplir la fameuse Réunion. De quoi réveiller le spectre de la Shinra et des souvenirs douloureux pour Cloud.

Comme le film n'est pas encore sorti dans nos contrées, je m'arrête là dans le récit pour ne rien spoiler.

Pour faire court : ce film est une tuerie. Graphismes irréprochables, animation incroyable, combats dantesques, scènes anthologiques, bon scénario, musiques endiablées, clins d'oeils innombrables, charisme des personnages au top, tout y est, et les superlatifs manquent pour décrire toute la justesse de ce chef d'oeuvre. Voilà, après le cri du coeur, entrons un peu dans le détail.

Les graphismes, même moins réalistes que dans FFTSW, n'ont rien à envier à ce dernier. Le même soin a été apporté aux visages, et nos personnages préférés sont plus beaux que jamais. Tifa se gratifie ainsi d'un style à la Matrix fort bien trouvé, Vincent a plus de classe que jamais et les traits de Rouge 13 sont affinés pour révéler toute son apparence bestiale. Les autres sont aussi présents, pour notre plus grand plaisir, même si on pourrait déplorer que leur présence ne soit presque qu'anecdotique.

Les combats... Après la trilogie Matrix, j'ai fait un rêve. J'ai rêvé qu'un film d'animation pourrait un jour aller au-delà de ces affrontements déjà géniaux dans leur dynamisme et leur mise en scène. Et si on pouvait y ajouter des épées, ce serait le summum. Et Nomura l'a fait. La perfection est dans ces combats, à mains nues ou à l'arme blanche, aussi bien dans la mise en scène, les plans ou les chorégraphies (grandement inspirées des coups et limit breaks du jeu). Véritables délices pour les yeux, on ne peut qu'être déçu à chaque fois que ce soit déjà fini... pour mieux recommencer, et en encore plus beau, quelques minutes après!

Et la musique, interprétée en grande partie par les Black Mages, colle parfaitement à tout ce déluge d'action pure. On sent enfin que le groupe se déchaîne, les reprises de thèmes cultes du jeu sont magnifiques, et le guitariste s'emporte tellement qu'il faut parfois plusieurs écoutes d'un morceau pour trouver de quelle musique originale il est inspiré! Je pense notamment aux reprises des thèmes de combat et de boss, quasiment méconnaissables. Les créations originales sont aussi à applaudir, collant parfaitement à l'animation, et toujours d'une grandeur et d'un rythme effréné parfait dans chaque scène. Finalement, le seul regret sur la musique pourrait concerner les reprises au piano, absolument identiques à celles de l'album piano collections sorti il y a quelques mois. En résumé, ruez-vous sur cet OST d'une qualité rare.

Et enfin, le scénario... Je dirai peu de choses, car bien qu'on parle de Final Fantasy, l'histoire n'est pas la raison qui doit pousser à voir ce film. Alors oui, tout ça est loin d'être aussi profond que dans le jeu, mais en moins de 2 heures, et avec toute l'action qu'il y a autour, il aurait été difficile de construire un vrai scénario digne d'un jeu de 60 heures. Mais le tout reste tout de même parfaitement cohérent, et réserve bien des surprises... De nombreux clins d'oeil et autres références parsèment toute l'oeuvre, et il y en a pour tous les gouts, des plus évidents (scène du début identique à la toute fin du jeu, musiques, limit breaks des personnages), à certains plus difficiles à voir (l'épée de Zack que Cloud plante sur le lieu de sa mort, les affiches Loveless).

Au final, je ne peux pas conclure ce post sans un grand Merci. Merci à Square, et plus precisément Tetsuya Nomura, Nobuo Uematsu & The Black Mages, pour cette bonne heure et demie de pur bonheur, de vrai plaisir, de beauté suprême. Un vrai film de rêve, qui est au cinéma ce que FFVII est au jeu vidéo. Ce qui se fait de mieux, tout simplement.

Posté par squall à 22:32 - Cinéma - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    -____-

    Même pas fini de lire, mais là je viens de voir un mot qui fait mal.... "bon scénario"....Non, là je t'en supplie, dis moi que tu as écrit ça uniquement par passion pour FF......
    NON, ce film n'est pas génial: il n'a aucun scénario, et le temps n'excuse rien! On a fait des films anthologiques en 2h!
    ...Non, là je dis, faut pas charier. J'adore FFVII, mais à ce niveau là c'est un massacre. On pourra dire tout ce que l'on veut sur les combats géniaux, effectivement ils le sont, et pour cause: ils occupent 80% du film. Désolée mais pour moi un FF quelque soit son support, ne repose certainement pas sur les mêmes bases que Devil May Cry... (Dantesque, c'est ce que tu as dit non? :p ) C'est certainement ce qui s'est fait de mieux en matière d'animation (rien à y reprocher), mais ça ne mérite pas tout le battage qu'en font les fans.... Ahhh le recul, **l'objectivité**...!
    Et puis merci pour l'apparition de 3 secondes de chaque personnage d'Avalanche.... Pffff, je sors, et je ne remercie pas Square pour ce délire matrixien... Bon, juste un peu pour Clad alors... (désolée pour les puristes tont courts )

    Bon, a part ça, contente d'avoir à nouveau un peu de lecture, cela me divertira de Ragnarok! ^^

    Posté par ]Aeris[, 14 octobre 2005 à 09:34
  • "objectivité"

    Je ne pense pas avoir jamais écrit quoi que ce soit d'objectif, sur ce blog ou même ailleurs (même si c'était parfois tourné à la 3e personne ;P). Je me contente de dire ce que je pense, et les commentaires sont justement là pour donner d'autres avis. Le scénario n'est pas au top, mais j'ai quand même adoré, je suis peut-être trop bon public après tout. Mais quand on regarde l'histoire de FFX-2, je pousse quand même un gros ouf de soulagement quand je vois celle de FFAC.

    Posté par Squall, 14 octobre 2005 à 18:00
  • euH.... Excuse facile m'enfin -___-
    Et puis bon, FFX2, FFVII AC, même combat à mes yeux, si ce n'est un meilleur chara design et de jolies plages musicales pour le second....

    Posté par ]Aeris[, 15 octobre 2005 à 12:05

Poster un commentaire